Qayid Aljaysh Juyub

Le sonditeur d'opinion ou une proie toute trouvée

Début de l'an 2000, après la naissance d'un miraculé légendaire de Galilée. Contre toute attente, le monde ne s'est pas écroulé malgré l'hystérie informatique, le 'camarade des patrons' a agi de manière antisociale - mais tout à fait démocratique - dans la capitale et une poire honoraire a été contrainte de tirer les conséquences de ses actes passés.
Chris Haché, légèrement frigorifié et armé d'une mallette bon marché remplie de questionnaires, se tenait devant la solide maison familiale aux fenêtres turquoises et décida de faire un essai ici. Il n'était certes pas garanti qu'il y ait quelqu'un à cette heure matinale, mais par ce temps de chien, il fallait saisir toutes les occasions de mener à bien les interviews et de faire du porte-à-porte dans un environnement rural.
Ce n'est pas ainsi que l'étudiant en gestion d'entreprise à l'université Bœuf-Stroganoff de Gelsum avait imaginé son travail pour 'l'institut de sondage Mensonge'. Au lieu de passer des coups de téléphone au chaud dans son bureau et de remplir à sa guise des questionnaires d'interview avec des partenaires imaginaires, on l'a vraiment poursuivi dans la pampa pour y interroger des personnes réelles ! Bien entendu, ce descendant peu doué d'une famille d'universitaires savait comment se déroulaient les résultats de divers sondages - livrés comme le commandait le client ! - se déroulait ainsi. Son employeur ressemblait d'une certaine manière au NKWD du temps du dieu mangeur d'hommes Staline : pendant les grandes purges, les tortionnaires soviétiques n'imposaient généralement pas à leurs victimes des histoires à dormir debout, mais forçaient des millions de malheureux à inventer eux-mêmes des histoires de trahison et d'espionnage parfois farfelues ; on mentionnait parfois des noms qui devaient y jouer un rôle prépondérant. Ainsi, la direction de 'Mésonge', qui aime la vérité, insistait certes pour que les personnes interrogées soient réelles et le faisait vérifier par des appels de contrôle, mais attendait en même temps de ses enquêteurs qu'ils obtiennent les 'bons' résultats ; au cas où les résultats ne correspondraient pas aux 'souhaits du client', il y avait encore diverses astuces statistiques !
Notre explorateur d'opinions toutes faites se rendit donc rapidement à l'entrée de la maison et appuya avec espoir sur la sonnette de celle-ci, qui était munie d'une étiquette nominative discrète. Une sonnerie étonnante retentit alors, rappelant à Haché une version instrumentale de l'hymne national.
Sur le moment, le sonneur fut effrayé par la rapidité et la véhémence avec lesquelles la porte d'entrée en fonte fut littéralement ouverte, mais il se calma immédiatement en voyant la vieille dame souriante qui lui faisait face.
"Vous êtes Madame Denke ?"
"Bien sûr, jeune homme ! Que puis-je faire pour vous ?"
"Chère Madame Denke, en raison de votre profil de personnalité unique, vous avez été choisie pour participer à un sondage concernant l'introduction de l'euro ..."
"Cher jeune homme, l'euro, c'est vraiment de la merde !"
La vieille dame ayant interrompu la petite phrase qu'elle répétait depuis des heures, l'enquêteur de l'euro a dû se reprendre.
"Eh bien, euh, alors la merde... Je veux dire l'euro, bien sûr..."
La victime potentielle de l'interrogatoire fit un clin d'œil encourageant au chercheur du concept perdu.
"Inutile de vous donner plus de mal, mon garçon. J'aiderai volontiers un monsieur aussi aimable. Entrez donc, mon cher ! Je ne vais certainement pas vous manger maintenant".
Quelle gentille grand-mère dorée ! Cette interview, il l'avait certainement dans la poche.
"Merci, Madame ! Alors, je vais prendre cette liberté".
"Suivez-moi simplement dans le bon salon. Si vous voulez enlever vos chaussures, mon garçon. Ouf, vaporisez donc vos pieds avec le désodorisant qui se trouve devant ! Merci ! Allez, venez ! Voilà, vous pouvez vous asseoir dans ce fauteuil. Posez votre sac à côté ! Puis-je vous offrir quelque chose ? Un café ou une eau minérale peut-être ?"
"Une eau minérale, si ça ne vous dérange pas".
Intéressé, le faiseur d'opinion, qui avait maintenant les pieds frais, observa longuement le 'bon salon', tandis que la 'grand-mère au grand cœur' se rendit à la cuisine pour y chercher le rafraîchissement proposé. L'intérieur de cette pièce, qui détruisait les forêts de chênes, rappelait à l'observateur neutre le baroque d'une ville de province délabrée de la Ruhr, tandis que la rusticité de cet intérieur évoquait plutôt chez notre homme le sentiment intime d'une visite pleine de cadeaux chez les grands-parents généreux.
"Voilà : un verre de Steinbacher pour les hommes de la vraie trempe".
"Merci, madame. Si je peux me permettre : Votre mari est-il également réceptif ? Ce serait bien qu'il puisse également participer à notre interview".
Le chasseur d'opinions expérimenté avait remarqué, lors de son examen panoramique, le fauteuil roulant de la marque brouette-pour-bras garé non loin et en avait déduit d'un cheveu qu'une autre personne handicapée devait se trouver dans le foyer hanté ; pour ainsi dire d'une pierre deux coups - les 'Mesongnettes' payaient par questionnaire signé.
"Je suis désolée, mais vous allez devoir le déterrer. Je suis veuve depuis dix ans !"
"Pardonnez-moi, je pensais juste, à cause du fauteuil roulant ..."
"Ce n'est pas grave, ne vous inquiétez pas pour ça !"
Grand-mère Denke regarda pensivement ce passionné qui mettait les pieds dans le plat.
"Dites-moi, jeune homme, êtes-vous vraiment tout seul ici ?"
"Malheureusement ! Le reste de mon équipe travaille à Gelsum, je suis le seul à devoir faire le tour des villages environnants. Quand j'aurai fini ici, je devrai encore trouver au moins deux personnes à interviewer dans différentes localités ; une corvée, je vous le dis !"
"Oh, vous devez les chercher ? Mon garçon, soyez honnête, vous m'avez choisi par hasard, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, je ne vous en tiendrai pas rigueur".
Face à cette vieille dame dorée, Chris Haché ne pouvait pas mentir.
"Pardonnez ma méprise, Madame ! Nous devons traiter toutes les personnes interrogées avec respect et créer une ambiance agréable. Avec vous, je vois déjà que l'interview sera un pur plaisir. Nous devrions d'ailleurs commencer par là !"
"Pas si vite, jeune homme ! Dites-moi, où avez-vous garé votre voiture dans le village ? Vous savez, il y a des tas de places de parking privées ici et cela pourrait causer des problèmes aux riverains".
"Ne vous inquiétez pas, chère Madame Denke ! Je n'ai pas de voiture et je suis venue en bus. Il ne s'est même pas arrêté ici au village, j'ai dû marcher encore au moins un kilomètre ; je suis déjà effrayé à l'idée de poursuivre mon voyage !"
"Mon pauvre ! Dommage que personne ne vous ait vu et pris en charge !"
"Vraiment, on dirait que c'est désert ici. Je n'ai pas rencontré âme qui vive".
La vieille dame inquiète adressa un sourire radieux au faussaire solitaire et ambulant.
"Parfait ! En ce qui me concerne, nous pouvons commencer tout de suite, mais avant, vous devez absolument goûter à ma tisane !"
"C'est très gentil à vous, chère Madame Denke ! L'eau minérale me suffit amplement. Je ne veux pas vous déranger davantage !"
"Ne faites pas ça ! Mais je dois insister pour que vous preniez au moins une gorgée de mon thé ! Pour un jeune homme aussi poli, cela va sans doute de soi de rendre un petit service à une vieille dame ?"!
Chris ne pouvait vraiment rien refuser à la grand-mère, d'autant plus que sinon il aurait dû chercher une nouvelle personne à interviewer dans ce trou perdu.
"Bien sûr que non, Madame !"
Assez agile pour son âge, la vieille dame, qui fait pitié au sens rhétorique du terme, s'éloigna et revint quelques minutes plus tard avec une tasse de thé consciente.
"Tenez, mon cher, prenez une gorgée pendant qu'il est encore chaud !"
Haché décida de se résigner à l'inévitable et prit courageusement une gorgée de la tasse finement décorée de toutes sortes de bêtes de boucherie. Contre toute attente, le breuvage avait un goût relativement bon, si bien que le buveur de thé involontaire en prit directement un deuxième échantillon.
"Excellent, mon garçon ! Vous ai-je déjà dit, mon cher, que vous avez l'air plutôt délicieux !"
Chris, un peu grassouillet, n'entendait pas souvent de tels compliments et souriait, flatté.
"Merci, chère madame ! Mais nous devrions vraiment commencer maintenant. Un instant, s'il vous plaît".
Malgré l'atmosphère agréable, l'intervieweur, qui se faisait une opinion, était décidé à mener l'enquête et sortit laborieusement un volumineux questionnaire.
"Donc votre nom et votre âge sont ?"
"Madame Carla Denke, je suis née le 20.04.1920 à Cochonville".
"Donc 79 ans ?"
"Exactement, espèce de mathématicien !"
L'arithmancien regarda la vieille dame d'un air incertain. Une pointe d'ironie ? Non, c'est impossible, pas avec cette gentille grand-mère !
"Je suis étudiant en gestion d'entreprise et je travaille pendant les vacances universitaires pour l'institut de sondage Mensonge ! Mais encore : avez-vous travaillé ou travaillez-vous, et si oui, à quel titre ?"
Carla Denke a jeté un regard impénétrable à l'auteur de la question.
"J'ai été dans un camp de concentration et ensuite femme au foyer. Mais je ne veux pas en parler maintenant".
L'auteur de la question regarda la cible de son enquête avec un regard plein de compassion.
"Désolé, ce n'est pas ce que je voulais. Pardonnez-moi ! Commençons donc directement par les vraies questions, si vous vous sentez prêt à le faire ?"
"Pas de problème, allez-y !"
Bien, que pensez-vous de l'affirmation suivante : je rejette l'unification européenne et suis donc opposé à l'introduction de l'euro. Vous avez le choix entre les réponses suivantes :
    a) Je suis plutôt d'accord
    b) je ne suis plutôt pas d'accord
    c) Je ne suis pas du tout d'accord".
"Jeune homme, je vous ai déjà dit que je ne pensais pas beaucoup à l'euro !"
"Vous refusez donc l'unification européenne ?"
"Pas du tout ! C'était le grand rêve de ma jeunesse, que je partageais avec le USA !"
"Je vais donc inscrire une fois un 'C' pour vous ! Alors, à la prochaine question... Je me sens soudain tout drôle".
"Vertiges et désorientation, n'est-ce pas ? Venez, jeune homme, je vais vous aider à vous lever. Le mieux est de vous asseoir dans mon fauteuil roulant. Comme ça, c'est bien !"
Haché a encore remarqué que son interlocutrice mettait en mouvement le véhicule adapté aux personnes à mobilité réduite avant de perdre ses esprits.

*

Lorsque Chris se réveilla, le crâne bourdonnant, la première impression lui fit penser qu'il se trouvait à l'intérieur d'un cauchemar. Il se trouvait au milieu d'une vaste cave qui rappelait en quelque sorte divers bunkers. Dos à lui, la 'dorée' Frau Denke s'affairait sur une cuisinière géante en fredonnant la chanson de Horst Wessel. Ne reconnaissant pas la mélodie et encore légèrement désorienté, Haché tenta de se lever et ne remarqua que maintenant qu'il était visiblement enchaîné sur une table métallique avec des liens en fonte. Sa chaise longue inconfortable était légèrement inclinée, ce qui permettait à l'homme enchaîné d'avoir une bonne vue d'ensemble.
Qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce qui se passe ?
La joyeuse cuisinière se retourna nonchalamment et adressa un sourire radieux au chercheur enchaîné.
'Ah, il s'est réveillé ! Jeune homme, c'était déjà une sacrée corvée de te conduire à la cave et de te placer sur l'abattoir. Heureusement, il a ensuite été plus facile de les mettre en position semi-verticale avec la manivelle, pour que tu puisses aussi tout entendre !"
La vieille dame, vêtue d'un tablier de chaînes grossier, secoua la tête avec une légère désapprobation.
"Vous êtes fou, pourquoi m'avez-vous enchaînée ici ?"
"Pour que tu ne t'agites pas comme ça quand je te démembrerai, stupide garçon !"
Peu à peu, une certaine panique s'empara de l'abattoir fixé.
"Au secours, au secours ! Je suis un gestionnaire d'entreprise, sortez-moi de là ..."
Tranquillement, la trancheuse au sourire satisfait attendit que les cris passent en dessous d'un certain niveau sonore pour intervenir et les interrompre.
"Tu peux t'en passer, la cave est insonorisée. Mais si tu continues à brailler, jeune homme, je vais devoir te bâillonner ! Nous ne voulons pas gâcher notre plaisir, n'est-ce pas ?"
L'appelant raté des profondeurs de la cave maîtrisait difficilement ses sentiments de peur.
"Pourquoi faites-vous cela ? Mon Dieu, vous étiez vous-même dans un camp de concentration ?"
La femme âgée sourit, perdue dans ses sentiments nostalgiques.
"Oui, mais comme gardienne ! A l'époque, j'ai appris personnellement le grand art de la torture auprès de mon mari, un maître en la matière. Ah, c'était beau ! Pour mes performances, j'ai même pu baiser les bottes d'USA comme preuve de faveur particulière".
Ce n'est qu'à ce moment-là que Chris a remarqué que la vieille dame dérangée portait manifestement un uniforme SS sous son tablier à chaînes. Choqué par de nouvelles connaissances, un certain désordre régnait dans le monde des pensées de l'homme désormais éclairé.
"Euh, USA, qu'est-ce qu'ils ont à voir avec ça ?"
"Ultra Saint Adolf ! Comme j'ai apprécié, à l'époque, de le voir passer ses mains moites dans mes cheveux lors de l'audience ! Il n'y aura plus jamais un tel chef !"
Complètement confus, le chercheur d'opinion battu en brèche a perdu la parole.
En ricanant méchamment, la grand-mère nazifiée se tourna vers le four surdimensionné et l'ouvrit d'un geste habile pour en présenter l'intérieur à l'homme sans voix d'un geste accueillant de la main.
"Ça, petit cochon, j'aimerais te le montrer !
A l'intérieur du four se trouvait une énorme plaque de métal qui avait la forme d'un torse humain.
"J'ai mesuré, ça devrait suffire pour toi !"
Le rôti potentiel, qui n'était pas encore tout à fait maître de ses sens, retrouva peu à peu l'usage de la parole.
"Espèce de vieille folle, qu'est-ce que tu fais encore ?"
"Petite sotte ! Tu coupes les bras, les jambes et la tête. Ensuite, on éviscère le reste et on y met toutes sortes de choses délicieuses. Et je vais faire la même chose avec toi, exactement la même chose".
"Non, s'il vous plaît, non. Qu'est-ce que je vous ai ..."
La cuisinière créative coupa habilement la parole au requérant à l'aide d'un ruban adhésif.
"Tu vois, c'est ce qui t'arrive maintenant, vilain garçon. J'ai toujours détesté quand vous mendiez ! Même à l'époque de l'abattage à domicile avec mon mari, je ne supportais pas ça. Au moins, tu ne pourras pas avaler le bâillon et t'étouffer avec avant que j'aie fini. Dommage que je ne sois plus assez forte pour m'en occuper à la hache. Mais la tronçonneuse fait aussi l'affaire. Blech & Häcker, du vrai travail de qualité allemand, mon garçon ! Voilà, c'est parti !"
En chantant le premier couplet du Deutschlandlied, la bouchère s'est mise à l'œuvre sanglante et Haché a pris conscience de ce qu'était cette étrange sonnerie de porte, avant que la douleur ne prenne le dessus sur tout.

*

Carla Denke ouvrit la porte et regarda avec complaisance l'homme corpulent qui se trouvait devant celle-ci.
"Madame Denke ?"
"Oui ?"
"Désolé de vous déranger, je suis le commissaire Kaiser-Schmarrn. Nous enquêtons sur une disparition et interrogeons les habitants des villages voisins. Il s'agit d'un certain Monsieur Chris Haché qui, à la demande d'un institut de sondage, a dû mener des enquêtes dans les environs".
La gourmande cannibale, qui avait récemment dévoré les derniers restes de nourriture pour étudiants, regarda le policier avec un sourire chaleureux.
"Monsieur le commissaire, tout seul comme ça. Vos collègues doivent avoir beaucoup à faire ici, au village ?"
"Malheureusement, je suis seul dans cette affaire ! Manque de personnel, vous comprenez ?"
"Mon pauvre ! Entrez donc ! Je pense pouvoir vous aider, mais avant, prenez une bonne tisane ! (...)

Alors bon appétit

2020 Qayid Aljaysh Juyub
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 03.01.2022.

 

L´autore

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Orrore" (Short Stories)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:

A shadow from beyond - Qayid Aljaysh Juyub (Orrore)
Pushing It - William Vaudrain (Altro)