Antonio Justel Rodriguez

THÈME D'AMOUR POUR UNE BALLADE TRISTE



... de ton corps à mon corps, Phénicie, éclair;
de mon corps au tien une rivière, un baiser dans un coup de vent, une marée ;
…oh, comme je t'ai aimé, et combien !
Te souviens-tu de ce tremblement de roses ouvertes,
et quelle ambroisie décelait dans tes seins la fureur de mon haleine ?
...oui, c'est dur de se souvenir de toi et de ne pas passer un beau moment
de lumière pour la mémoire ;

…nous étions un homme et une femme, un souffle, une rumeur, une chanson,
un seul et pur écho, tu te souviens ?
nous y sommes allés une fois;

… jusqu'à l'aube d'un jour donné où les chiens aboyaient,
et, sans se fatiguer, toute la nuit ils ont aboyé, aboyé et aboyé;
La lune brillait encore lorsque, vers l'aube,
les chiens s'éloignèrent avec la mort.
***
Antonio Justel Rodríguez
https://www.oriondepanthoseas.com
***
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Antonio Justel Rodriguez.
Published on e-Stories.org on 24.11.2022.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Altro" (Poems)

Other works from Antonio Justel Rodriguez

Did you like it?
Please have a look at:

AIUTO - Antonio Justel Rodriguez (Altro)
Chinese Garden - Inge Offermann (Altro)
Good bye - Jutta Knubel (Emozione)